Organisées sous le thème « La formation continue : ensemble, pour arriver à bon port », les journées d’étude 2024 permettront aux participants de réfléchir à la collaboration entre les différents acteurs gravitant autour de ce secteur sous différents angles, explique Julien Lambrey de Souza, directeur du Service de la formation continue à l’Université du Québec à Rimouski (UQAR). C’est d’ailleurs cette université qui sera l’hôte de l’événement qui se déroulera les 5 et 6 juin.

 

Ces journées d’étude s’inscrivent dans la foulée du cadre d’action de Marrakech, lancée à l’occasion de la septième Conférence internationale sur l’éducation des adultes (CONFINTEA VII) et menées par l’UNESCO, rappelle le directeur. Le thème s’inspire aussi des objectifs de développement durable de de l’Agenda 2030 l’UNESCO, dont le quatrième spécifie clairement qu’il faut « assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie. »

 

« Dans cette optique, il est opportun d’explorer la notion de construction d’un nouveau contrat social avec la société des apprenants adultes », explique-t-il.

Or, qui dit contrat social, dit engagement collectif envers la qualité de la formation. « Autrement dit, la formation continue, c’est l’affaire de tous et son succès repose sur la collaboration entre l’ensemble des acteurs qui doivent intervenir d’une manière ou d’une autre, explique le directeur. Ce qui inclue l’apprenant lui-même ainsi que tous les acteurs qui gravitent autour de l’université dans le cadre de diverses collaborations. »

Julien Lambrey de Souza donne en exemples le lien avec les communautés pour ajuster les formations aux réalités des publics-cibles ou encore avec des organisations en technologie de l’information pour tout ce qui est intégration de celles-ci dans la pédagogie. Travailler de concert avec l’industrie, les syndicats, les gouvernements, la société civile, le communautaire et les apprenants eux-mêmes, est également de mise.

 

Faire face aux défis actuels

 

C’est cette collaboration, essentielle pour maximiser l’impact de la formation continue et répondre aux défis actuels, qui sera à l’honneur lors des prochaines journées d’étude de l’ACDEAULF. Ainsi, des sujets comme l’effet de l’intelligence artificielle et, plus globalement, de la technologie, seront abordés. « Nous voulons aussi nous pencher sur la façon dont nous collaborons avec les organisations faisant appel à nos services, explique Julien Lambrey de Souza. Comment définit-elle la réussite d’une collaboration en formation continue? Comment quantifie-t-on les retombées positives de la formation? »

Avec des thèmes comme « la motivation des apprenants professionnels pour rapprocher les universités des communautés » ou « personnalisation de la formation continue : inclusion, diversité et collaboration stratégique pour le profilage de l’apprenant », le lien avec les personnes en formation sera aussi exploré, tout comme le fait de travailler de concert avec d’autres acteurs, comme les gouvernements et les organismes subventionnaires. La collaboration internationale, les communautés autochtones et l’immigration seront aussi au menu.

 

Pour clore ces deux journées, le directeur général de l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes et président du conseil d’administration de l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL), Daniel Baril, abordera la collaboration entre les intervenants publics et gouvernementaux, nationaux et internationaux, à la suite du cadre d’action de Marrakech.

 

Quelques nouveautés à l’horaire

Nouveauté cette année : les membres de l’ACDEAULF bénéficieront d’un atelier de perfectionnement sur mesure qui se déroulera la veille de l’événement. Pour le moment, le thème de cette formation reste à déterminer.  De plus, la formule 2024 sera légèrement différente des années précédentes. Chaque jour, les trois mêmes conférences seront offertes en simultanée le matin et l’après-midi, permettant ainsi aux participants de se créer un parcours sur mesure en fonction de leurs intérêts.

 

Une soirée de réseautage est aussi prévue et se déroulera au Musée de l’Empress of Ireland, ce paquebot ayant fait naufrage dans l’estuaire du Saint-Laurent, tout près de Rimouski.

 

Les journées d’étude 2024 de l’ACDEAULF
Les 5 et 6 juin
À l’Université du Québec à Rimouski (UQAR)

https://acdeaulf.org/journees-detude-2024/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire