Entrevue avec Jean-Paul Rémillieux, directeur, services aux instructeurs et technologies d’apprentissage à l’École d’éducation permanente de l’Université McGill et nouveau président de l’ACDEAULF

Arrivé en pleine tourmente, alors que la crise de la COVID-19 battait son plein, Jean-Paul Rémillieux, le nouveau président de l’ACDEAULF estime que l’union fait la force et entend bien maximiser la puissance du réseau.

Membre du conseil d’administration de l’ACDEAULF depuis deux ans, Jean-Paul Rémillieux a tout de suite apprécié l’esprit d’ouverture qui règne au sein de l’association. « Depuis le premier jour, j’ai senti que tout le monde était très à l’aise d’échanger sur différents sujets, que c’était possible de discuter », se souvient-il. Un avantage certain, alors que les universités francophones– et leurs services d’éducation aux adultes – composent avec des réalités spécifiques non seulement à cause de leur langue d’enseignement, mais également au sein même de leur établissement en tant qu’unité d`éducation permanente.

« Au lieu de connecter des institutions, j’aimerais que l’ACDEAULF soit mieux outillée pour mettre en relation les gens qui les composent […] C’est ainsi que nous pourrons créer une dynamique plus forte et favoriser le dialogue. » 

« Les besoins des adultes en formation sont différents de ceux des autres étudiants universitaires, ce qui influence notre offre de services, cite-t-il en exemple. Même chose pour tout ce qui concerne l’approche pédagogique. On n’enseigne pas de la même façon aux élèves adultes qui viennent avec un bagage professionnel préexistant et des objectifs d’apprentissage différents. Nous vivons des réalités professionnelles particulières, mais dans la communauté francophone, nous avons peu d’occasions d’échanger. Dans ce contexte, on bénéficierait de pouvoir discuter avec un collègue de Chicoutimi, par exemple, pour savoir ce qu’il a mis en place chez lui. »

Au cours de son mandat, le président aimerait donc multiplier les occasions d’échanges et le partage de connaissances. S’inspirant de ce qui se fait déjà dans certaines associations aux États-Unis et même au Canada, Jean-Paul Rémillieux veut notamment explorer la création de forums de discussion. « Au lieu de connecter des institutions, j’aimerais que l’ACDEAULF soit mieux outillée pour mettre en relation les gens qui les composent, que ce soit le personnel de soutien, le personnel enseignant ou les gestionnaires. C’est ainsi que nous pourrons créer une dynamique plus forte et favoriser le dialogue. » D’ailleurs, dans les autres associations, ces forums sont très actifs et offrent du nouveau contenu tous les jours, ajoute-t-il. Dans la même optique, Jean-Paul Rémillieux aimerait aussi renforcer les liens qu’entretient l’ACDEAULF avec d’autres associations.

Un réseautage d’autant plus crucial en contexte de pandémie, alors que la crise de la COVID-19 apporte son lot de défis, comme le travail – et l’enseignement– à distance, la hausse de la demande de programmes courts pour réagir aux changements du marché de l’emploi ou encore la concurrence avec le privé, souvent plus rapide à réagir. « Oui, la pandémie est venue secouer le cocotier, mais en même temps c’est une opportunité, illustre le nouveau président. Que fera-t-on pour s’ajuster à cette nouvelle réalité ? » Dans ce contexte, le partage et l’échange deviennent des outils intéressants. « Tout est dans le dialogue, que ce soit entre nous ou avec nos partenaires d’affaires », poursuit-il. L’occasion idéale de réfléchir aux liens entre la formation destinée aux adultes et les ordres professionnels, les grappes industrielles, les entreprises, etc.

Une vision possible notamment parce qu’il arrive à la tête d’une association solide grâce au travail de son président sortant, Sébastien Cloutier, et de Nathalie St-Georges, qui a également terminé son mandat à la permanence de l’ACDEAULF après sept ans, tient à souligner le nouveau président. « Ils sont largement responsables de la santé actuelle de l’association. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire