Harold Dumur
Patrick Plante
Patrick Plante
Mélanie Normand

La technologie foisonne et peut devenir source d’inspiration pour la formation continue, comme l’a montré la conférence « Des sources d’inspiration pour la formation continue universitaire. » D’abord, le fondateur et chef de la direction d’OVA, Harold Dumur, a présenté quelques tendances qui en sont encore à leurs balbutiements. Sa start-up, en pleine croissance, développe entre autres de la formation grâce à la réalité virtuelle ou augmentée, notamment en entreprise. « Par exemple, nous avons travaillé avec des pompiers et des policiers qui devaient réagir à une fuite de gaz », a expliqué le jeune homme. La technologie développée par OVA a aussi servi à former des téléphonistes en service à la clientèle, dans un environnement virtuel. Une façon d’accroître leur capacité d’attention, selon lui. Une tendance, alors que le virtuel prend souvent le pas sur le réel. Par exemple, au Japon, certaines influenceuses sur Instagram sont en réalité… des avatars! Idem avec les Vtubers – des youTubers virtuels! À quand des enseignants virtuels, lui a-t-on demandé pendant sa présentation?

Dans la même veine, le « jeu sérieux », qui allie l’aspect ludique et éducatif, offre une alternative intéressante a présenté Patrick Plante, professeur au département d’éducation de l’Université TÉLUQ. De Classcraft qui permet aux élèves d’obtenir des avantages dans le monde réel quand ils performent bien virtuellement, en passant par des outils comme itystudio.fr et seriousfactory.com, plusieurs initiatives existent. On assiste également à une ludification des apprentissages, comme c’est le cas avec Duolingo, une application d’apprentissage des langues, qui offre badges et récompenses. Autant de façons d’augmenter la motivation des étudiants, à condition de s’assurer que le jeu soit en lien direct avec les objectifs d’apprentissage, avertit Patrick Plante. De nouvelles voies qui offrent des possibilités multiples.

Directrice de projet au CEFRIO, Mélanie Normand a quant à elle présenté le Change Lab, une démarche d’accompagnement des entreprises dans leur transformation numérique. La clé du succès, selon elle? Faire participer les employés qui seront directement touchés par ces changements dès le début du processus. « Cela permet un meilleur engagement, favorise la collaboration et les communications et facilite l’adoption de la technologie. » Pour réussir, il faut donc non seulement prévoir les ressources adéquates, mais agir en amont pour favoriser l’adhésion. Connaître le profil des apprenants des employés et offrir des outils d’apprentissage multiple s’ajoute aussi aux facteurs de succès.

Harold Dumur, OVA
Cocréer à l’aide de l’intelligence artificielle dans la réalité mixte (Pdf)

Patrick Plante, Université TÉLUQ
Jeux sérieux numériques : origine, présent et perspectives d’un domaine en émergence (Pdf)

Mélanie Normand, CEFRIO
Le Change Lab… une approche de gestion collaborative pour la transformation numérique (Pdf)

About the author
Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre