Saviez-vous qu’en Angleterre, l’Education and Skills Funding Agency (ESFA) a pris des mesures pour s’assurer que les élèves, partout où c’est possible, puissent poursuivre leurs apprentissages malgré la pause imposée par la COVID-19 ? Qu’en Syrie, un partenariat avec un organisme d’aide au développement a permis d’intégrer la formation en ligne à des programmes touchant des domaines comme la construction, l’agriculture ou l’industrie manufacturière ?

Voici quelques-uns des solutions qui ont émergé d’une discussion sur le thème « Poursuivre l’apprentissage en ligne continu et le développement des compétences durant la crise du COVID-19 », organisée par le Service des compétences et de l’employabilité de l’Organisation internationale du travail (OIT) .« Pendant plus de deux semaines, la discussion virtuelle a attiré une foule de praticiens, de représentants d’organismes de formation et de responsables politiques du monde entier qui ont partagé leurs expériences relatives à l’impact de la pandémie, mis en lumière les difficultés qui sont apparues en matière d’éducation et de formation et proposé des solutions pour y faire face », précise Jeannette Sanchez, responsable de la communication, département des politiques de l’emploi dans un article publié sur le blogue de l’organisme.

Instructeurs mal formés et peu préparés à se lancer dans la formation en ligne, difficulté à adapter certains programmes, manque d’accès à internet ou aux équipements : la discussion a aussi permis de faire ressortir plusieurs défis. Certains étudiants ont également eu des difficultés à poursuivre leur formation par manque de connaissances des plates-formes en ligne, ajoute-t-on. Faute de services de garde, les femmes ont aussi éprouvé plus de difficultés à maintenir le lien.

« À court terme, nous devons réfléchir aux “ nouvelles ” compétences exigées par l’industrie et les employeurs après le COVID-19 pour ramener rapidement les gens vers l’emploi. Il pourrait s’agir de cours de courte durée et/ou d’ensembles de compétences ciblées. À long terme, l’embauche de travailleurs à distance pourrait devenir un phénomène courant », affirme également l’auteure.

Pour en savoir plus

About the author
Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EffacerSoumettre