Visionnez ce courriel dans votre navigateur

INFOLETTRE – mai 2022, No. 63

L’infolettre de l’ACDEAULF vous offre un tour d’horizon de l’actualité francophone dans le secteur de la formation continue de niveau universitaire, sur la scène canadienne et internationale. Bonne lecture !
header_800
Vous avez reçu l’Infolettre par le biais d’un collègue et souhaitez la recevoir de façon régulière? Veuillez cliquer ci-dessous pour ajouter votre nom à notre liste de distribution.
bandeau_562x40

ENTREVUE

André Raymond, directeur du Service du développement professionnel à l’Université Laval et nouveau président de l’ACDEAULF

Alors que la pénurie de main-d’œuvre fait rage au Québec, la formation continue constitue l’une des réponses pour faire face à ce phénomène. Et les universités ont un rôle non-négligeable à jouer à ce chapitre. Il s’agit d’ailleurs d’un enjeu sur lequel André Raymond, le nouveau président de l’ACDEAULF, entend se pencher pendant son mandat.

André Raymond travaille en employabilité depuis 1995, alors qu’il a œuvré tour à tour dans des firmes de recrutement, de transition de carrière puis, à partir de 2006, comme directeur du service placement de l’Université Laval. Dans une perspective « d’apprenants tout au long de la vie, dans un contexte où le marché du travail change très rapidement », l’établissement a décidé d’intégrer la formation continue à ce service, explique-t-il.

Un bagage qui teinte sa vision de l’éducation permanente. « C’est payant pour une société de miser sur la gestion de carrière, sur la formation continue. Si on veut continuer d’être une société riche, il faut que les gens soient formés, occupent les bons emplois et continuent d’apprendre tout au long de leur carrière », explique celui qui s’implique aussi à l’Institut canadien d’éducation et de recherche en orientation (CERIC).
bandeau_562x40

ÉVÉNEMENTS

ACDEAULF_journe detude_banner_600X130_8AVRIL-01

2 et 3 juin : Place aux Journées d’étude de l’ACDEAULF

Ne manquez pas les prochaines Journées d’étude de l’ACDEAULF, qui se dérouleront le 2 et 3 juin au nouveau campus de Québec de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Organisées sous le thème « La société évolue, la formation continue… Positionnement de la formation continue universitaire dans l’univers de l’apprentissage tout au long de la vie », ces deux jours permettront de réfléchir à des enjeux communs à travers les facultés d’éducation permanente, mais aussi de se questionner sur l’avenir.

Christian Blanchette, recteur de l’UQTR, et Audrey Murray, présidente de la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), seront au nombre des invités. Plusieurs sujets sont aussi à l’horaire, comme la reconnaissance des acquis, l’impact économique de l’apprentissage continu ainsi que les liens avec le marché du travail.
sage-femmes-haiti-scaled-940x560

Formules d’échange de l’ACDEAULF :
Former les sages-femmes en Haïti

Dans le cadre des Formules d’échange de l’ACDEAULF, vous êtes invités à découvrir le projet « Saj fanm pou fanm », le 25 mai prochain. Grâce à cette initiative, qui vise le renforcement de la profession sage-femme en Haïti, l’UQTR a développé une formation de qualité pour ces intervenantes du domaine de la santé.

Gabrielle Fleury, conseillère à la formation continue et Emmanuelle Hébert, spécialiste en pratique sage-femme, vous présenteront ce projet original lors de cette rencontre virtuelle qui se déroulera sur l’heure du lunch.
bandeau_562x40

ACTUALITÉS

7e conférence internationale

7e conférence internationale sur l’éducation des adultes

La 7e conférence internationale sur l’éducation des adultes ((CONFINTEA VII) se tiendra du 15 au 17 juin 2022 à Marrakech, au Maroc. À l’invitation de l’Institut de l’UNESCO pour l’apprentissage tout au long de la vie (UIL), plus de 1000 participants du monde entier se réuniront pour discuter des avancées en éducation des adultes, mais aussi des défis à relever.

Ils seront aussi appelés à élaborer un nouveau cadre d’action pour faire de l’apprentissage et de l’éducation des adultes une réalité dans le monde entier, explique l’UIL. « La pandémie de COVID-19 a montré l’importance de l’éducation des adultes. Ce n’est que si tout le monde — jeunes et vieux — est capable d’apprendre que nous pourrons résoudre ensemble des défis mondiaux tels que [la] COVID-19. Ce n’est que si chacun d’entre nous a la possibilité de s’adapter aux nouveaux développements et d’acquérir les connaissances nécessaires pour agir conjointement afin de résoudre les défis mondiaux que nous pourrons créer des sociétés plus équitables, plus justes et plus durables. Dans un monde en développement rapide, l’apprentissage ne peut se terminer à la fin de l’enseignement obligatoire ou supérieur. Il exige un apprentissage tout au long de la vie pour tous », ajoute-t-on. Cette réflexion permettra de proposer une série d’actions à mettre en place dans les états membres de l’UNESCO.
ICEA

Repenser la Politique gouvernementale d’éducation des adultes par le gouvernement du Québec

Vingt ans après l’adoption de la Politique gouvernementale d’éducation des adultes par le gouvernement du Québec de 2002, comment repenser cet enjeu fondamental et remettre cette question au cœur des priorités gouvernementales ? C’est à ces questions que l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICÉA) a invité les différents acteurs de ce domaine à réfléchir, dans une série de webinaires qui a pris fin le 2 mai dernier.

Pour en savoir plus, l’ICÉA a d’ailleurs publié un résumé des discussions disponible sur la page suivante.

HEC Montréal lance une école des dirigeants pour les Premières Nations

HEC Montréal a inauguré, fin 2021, l’École des dirigeants des Premières Nations (EDPN). Cette initiative permet d’offrir des formations universitaires de courte durée sur mesure à ces étudiants. Professeurs et formateurs autochtones y collaborent pour former élus, gestionnaires et entrepreneurs des communautés et organisations autochtones, comme le relate un article d’Affaires universitaires sur le sujet.

La première cohorte comptait 17 leaders autochtones, rapporte le média. « Notre vision est d’outiller les leaders pour qu’ils guident les communautés vers le changement et la réussite, des éléments incontournables pour l’autodétermination et l’amélioration des conditions socioéconomiques des Premières Nations. Pour ce faire, l’EDPN offrira aux élus, aux administrateurs, à la relève, aux gestionnaires et aux entrepreneurs issus des Premières Nations des formations universitaires qualifiantes de courte durée, dans les communautés, en ligne et à Montréal », a déclaré Ken Rock, coinitiateur du projet dans un communiqué sur le sujet.

Cette approche novatrice, qui mise autant sur le « souci de développer des programmes en collaboration » que sur le fait « d’adapter l’apprentissage aux réalités autochtones », suscite de l’intérêt au pays et même ailleurs dans le monde, rapporte Affaires universitaires.
EdSurge

Les employeurs modifient leur vision de la formation

Comment les employeurs voient-ils la formation et le perfectionnement de leurs employés ? C’est la question sur laquelle s’est penché le média EdSurge, dans un article publié en mars dernier.
Plusieurs constats ressortent de cette recension allant de l’utilisation de données pour mieux cerner les besoins de formation à l’interne jusqu’à la transformation des classes en apprentissage virtuel. Programmes flexibles, de courte durée et axés sur les compétences s’ajoutent aussi à cette liste.

Refonte majeure des programmes de deuxième cycle à la Faculté des sciences de l’éducation

La Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal revoit ses programmes de deuxièmes cycles en éducation, alors que trois nouvelles versions y sont offertes depuis cet automne et que dix nouveaux programmes verront le jour dans les prochains mois. « En plus de proposer davantage d’options à la communauté étudiante, cette refonte permettra à la faculté de s’arrimer aux enjeux éducatifs et sociétaux actuels, misant sur la francisation, la diversité, l’équité et l’inclusion, la collaboration et la bienveillance », indique le communiqué publié à ce sujet.

De nouveaux programmes qui « s’inscrivent dans une logique de programmes gigognes », afin d’offrir plus de flexibilité aux étudiants, précise-t-on. Ainsi, il sera possible pour les étudiants de commencer par un microprogramme pour ensuite migrer vers un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) ou la maîtrise, explique l’établissement. « Les microprogrammes de 15 crédits sont imbriqués dans les DESS de 30 crédits, eux-mêmes imbriqués dans les maîtrises de 45 crédits. Cette cohérence permet à chacun de choisir la formation qui lui correspond et de pouvoir modifier son choix en cours de route », indique la vice-doyenne au développement et à la formation continue de la FSE, Ahlem Ammar.

Éducation postsecondaire en francophonie canadienne : collaborer pour relever les défis

Comment pérenniser l’offre en éducation postsecondaire en contexte francophone minoritaire ? Cela passe par la collaboration entre les différents acteurs, soutient un article publié par Affaires universitaires qui s’est penché sur les conclusions du Sommet des États généraux sur l’éducation postsecondaire en contexte francophone minoritaire des 24 et 25 mars 2022.
Cet événement, organisé par l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne et la Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada (FCFA), a permis de réfléchir à des solutions à mettre en place pour renforcer cette offre. Université pancanadienne francophone, création de programmes hybrides ou interuniversitaires ainsi qu’élaboration d’un régime de certification nationale ont été évoquées au nombre des pistes à explorer en ce sens.
separateur-articles
Bandeau commanditaires 2022
bandeau_562x40
acdeaulf-logo-depuis-plus-50-ans_189
Devenir membre de l’ACDEAULF,
c’est rejoindre un réseau d’universités et d’organisations canadiennes
oeuvrant à la valorisation d’une formation aux adultes en français accessible,
de qualité et aux bénéfices de la collectivité.
Devenez membre
bandeau_562x40
facebook linkedin 
Email Marketing Powered by MailPoet