Visionnez ce courriel dans votre navigateur
header_800

INFOLETTRE – juin 2019, No. 51

Nous vous offrons dans cette édition un tour d’horizon de l’actualité dans le secteur de la formation continue de niveau universitaire sur la scène internationale, canadienne et québécoise. Trouvez également une présentation de quelques publications récentes dans le domaine. Bonne lecture !
bandeau_562x40

COMPTE-RENDU DES JOURNÉES
D’ÉTUDE DE L’ACDEAULF 2019

image-FB-ACDEAULF-2019

« 4e révolution industrielle et compétences du futur : quelles implications pour la formation continue universitaire? »

Cette année, les journées d’étude de l’ACDEAULF ont attiré un nombre record de participants. En effet, plus de 70 personnes se sont réunies à Québec, dans les bureaux de l’Université TÉLUQ et l’École nationale d’administration publique (ÉNAP), pour réfléchir ensemble à l’avenir de la formation continue, alors que les nouvelles technologies, l’intelligence artificielle et la connectivité sont en train de bouleverser le monde tel que nous le connaissons.

La quatrième révolution n’épargnera aucune sphère de l’économie, a-t-on appris pendant ces deux journées. Autant de défis pour le domaine de la formation continue, qui devra adapter ses contenus pour faire face à ces changements, aussi rapides que difficiles à prévoir.

Quelques points saillants des Journées d’étude :

QUELLES COMPÉTENCES POUR QUEL FUTUR?

Si la quatrième révolution industrielle est avant tout numérique, les compétences que devront détenir les travailleurs de demain ne toucheront pas que cette sphère. Au contraire, ont expliqué Josée Beaudoin, vice-présidente, innovation et transfert au CEFRIO et Marie Claude Lagacé, présidente et directrice générale chez Humanov·is lors de la conférence d’ouverture des journées d’étude. LIRE LA SUITE

POINT DE VUE DES EXPERTS

Vous arrivez dans une clinique médicale, devant un guichet qui vous permet de vous enregistrer virtuellement, sans secrétaire. Ensuite, vous passez dans une salle d’examen, entièrement automatisée. Deux semaines plus tard, vous recevez un courriel vous annonçant que vous avez un cancer et qu’il vous reste deux mois à vivre. Cette anecdote, racontée par Luc Bissonnette, professeur en sciences sociales au département d’économie de l’Université Laval, montre bien l’une des préoccupations des chercheurs quant à l’utilisation toujours plus grande des technologies dans le monde du travail et la vie quotidienne. LIRE LA SUITE

VÉCU ORGANISATIONNEL EN CONTEXTE DE TRANSFORMATION ET IMPACTS SUR LES BESOINS DE FORMATION

L’après-midi a plutôt laissé place à des exemples concrets, mettant en relief le témoignage de deux organisations totalement différentes, mais qui ont toutes deux amorcé le pas vers la numérisation, soit le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) et APN Global, l’une des entreprises les plus avancées dans son virage 4.0. LIRE LA SUITE

DES SOURCES D’INSPIRATION POUR LA FORMATION CONTINUE UNIVERSITAIRE

La technologie foisonne et peut devenir source d’inspiration pour la formation continue, comme l’a montré la conférence « Des sources d’inspiration pour la formation continue universitaire. » D’abord, le fondateur et chef de la direction d’OVA, Harold Dumur, a présenté quelques tendances qui en sont encore à leurs balbutiements. Sa start-up, en pleine croissance, développe entre autres de la formation grâce à la réalité virtuelle ou augmentée, notamment en entreprise. LIRE LA SUITE

QUEL AVENIR POUR LA FORMATION CONTINUE?

Lingvist, CogBooks, AutoTutor, Brainly, Credly, Udacity, edx et même YouTube: aujourd’hui, il existe de multiples exemples où l’apprentissage se conjugue à la technologie, a présenté Daniel Baril, directeur général de l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICÉA). Un défi énorme pour le monde universitaire, selon lui. « Il va falloir regarder l’horizon des possibilités, car d’autres le font! » LIRE LA SUITE

PERSPECTIVES D’AVENIR DE LA
FORMATION CONTINUE UNIVERSITAIRE

S’il n’en tenait qu’aux participants des Journées d’étude de l’ACDEAULF, l’université de demain mettrait l’étudiant au centre de son parcours, qu’il pourrait moduler à sa guise, en choisissant des cours dans un établissement ou un autre et en pigeant dans différents programmes. C’est du moins ce qui est ressorti de l’atelier créatif « Perspectives d’avenir de la formation continue universitaire », animé par Annie Mercier et Sylvie Roy, toutes deux conseillères à la direction des services aux organisations de l’ÉNAP. LIRE LA SUITE

« JE SAIS QUE JE NE SAIS PAS. ET VOUS? »

La révolution technologique qui est à l’oeuvre aura un impact autant sur le monde de l’emploi que sur ce qu’on attend des travailleurs et sur les façons de les former. « Dans le futur, l’automatisation permettra de confier jusqu’à 70 % de certaines tâches à des robots, dans d’autres cas ce sera beaucoup moins. Mais ce qui va rester à faire va nécessairement devoir être confié à un humain beaucoup plus créatif. Tout un défi pour notre travailleur d’aujourd’hui, qui aura besoin de formation continue pour réussir ce passage », a expliqué Lyne Bouchard, vice-rectrice, ressources humaines, à l’Université Laval et directrice de l’Observatoire de gouvernance des technologies de l’information. LIRE LA SUITE
bandeau_562x40

ENTREVUE

excellence-2019

Récipiendaire du Prix d'Excellence 2019
de l’ACDEAULF – catégorie Entreprise

Le Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine (CDEACF)

En matière numérique, « (…) posséder les codes et les clés qui ouvrent les portes reste limité à un petit nombre de privilégiés », a lancé Judith Rouan, directrice générale du CDEACF lorsqu’elle a reçu le prix d’excellence de l’ACDEAULF, catégorie Entreprise, le 5 juin dernier. C’est d’ailleurs pour limiter cette fracture technologique que le centre s’est toujours fait un point d’honneur d’offrir de former les travailleuses et travailleurs d’organismes communautaires à travers le Québec aux TIC.
bandeau_562x40

ACTUALITÉS CANADIENNES

franco-canada

Vers un Sommet sur le rapprochement
des francophonies canadiennes

Le Québec sera l’hôte d'un Sommet sur le rapprochement des francophonies canadiennes les 16 et 17 juin 2020, à Québec, a annoncé la ministre de la Justice et ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Sonia LeBel. Un événement qui mettra la table à la Conférence ministérielle sur la francophonie canadienne, qui se déroulera les 18 et 19 juin 2020. Cette rencontre permettra de consolider les relations entre le Québec et les communautés francophones et acadiennes, explique le communiqué diffusé à ce sujet. Cette démarche alimentera aussi les travaux visant à adopter une troisième politique du Québec en matière de francophonie canadienne. « Partout au Canada, les francophones ont en commun d'être dépositaires de cet héritage qu'est la langue française et d'être déterminés à le transmettre aux prochaines générations. Les crises linguistiques des derniers mois ont créé un intérêt renouvelé du Québec pour les communautés francophones et acadiennes », affirme Jean Johnson, président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada dans le communiqué.

« Il faut capitaliser sur cette amorce de nouvelle solidarité francophone et sur cette volonté d'action qui est en train de se créer. Le sommet sur le rapprochement est très important à cet égard, poursuit-il. J'espère que nous y réaliserons que nous avons tous et toutes en commun un devoir d'agir, et d'agir maintenant, pour préserver la place du français au Canada et en terre d'Amérique. Nos enfants et nos petits-enfants nous en remercieront. » Le Sommet sera organisé par le Secrétariat du Québec aux relations canadiennes, en partenariat avec la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada et le Centre de la francophonie des Amériques. Source
bande-texture

ACTUALITÉS QUÉBÉCOISES

405708-PCVOP3-17

Pour un soutien financier équitable
aux étudiants à temps partiel

Au Québec, contrairement au reste du Canada, l'aide financière sous forme de bourse n'est réservée qu'aux étudiants à temps plein. Une situation que dénonce la Fédération des associations étudiantes universitaires québécoises en éducation permanente (FAEUQEP) dans une lettre ouverte publiée en mai dernier. L’organisme réclame ainsi un soutien financier équitable pour les étudiants à temps partiel.

En effet, si des programmes de bourses existent au Canada pour les étudiants à temps partiel, les universitaires québécois en sont exclus. Et au Québec, seuls ceux qui répondent à des critères très spécifiques, comme le fait d’avoir un handicap ou d'avoir des enfants en bas âge à leur charge, y ont droit. Une incohérence, souligne la FAEUQEP, alors que plusieurs d’entre eux vivent sous le seuil de faible revenu.

« Nous nous expliquons mal pourquoi les étudiantes et les étudiants à temps partiel en situation de précarité financière n'ont pas accès à des bourses, alors qu'ils y auraient accès dans n'importe quelle autre province au Canada. Nous estimons que le Québec, généralement à l'avant-garde en ce qui a trait à l'accessibilité financière aux études, doit faire mieux en cette matière », explique la fédération, dans une lettre ouverte signée par sept regroupements représentant les associations étudiantes de plusieurs universités. Le gouvernement québécois devrait corriger cette iniquité en offrant des bourses aux étudiants à temps partiel à faible revenu, réclame-t-on. Source
bande-texture

ÉVÉNEMENT

logo_edu_summit_2019

L’EduSummit à Québec cet automne

Comment les interactions entre l'homme et la machine changent-elles avec l’innovation technologique? Comment le leadership pour l’apprentissage émerge-t-il au-delà des modèles d’enseignement traditionnels? Qu’est-ce qui fait un curriculum de qualité à l’ère technologique? Voici quelques-unes des multiples questions qui seront abordées lors de l’édition 2019 de l’EduSummit intitulée « Learners and learning contexts : New alignments for the digital age », qui se déroulera du 29 septembre au 2 octobre 2019 à l’Université Laval.
bande-texture

PUBLICATIONS

channels4_banner2

Pratiques inspirantes ou innovantes
en formation à distance

Vous avez manqué le colloque du Réseau d’enseignement francophone à distance du Canada (REFAD) de mai dernier portant sur les « Pratiques inspirantes ou innovantes en formation à distance »? Sachez qu’il est possible de visualiser les conférences de l’événement sur la chaîne YouTube de l’organisme. Plusieurs sujets y sont abordés, comme les études supérieures en mode hybride, l'expérience de l'utilisateur ou encore les principes de la conception de formations à distance. À vos écrans!
bandeau_562x40
acdeaulf-logo-depuis-plus-50-ans_189
Devenir membre de l’ACDEAULF,
c’est rejoindre un réseau d’universités et d’organisations canadiennes
oeuvrant à la valorisation d’une formation aux adultes en français accessible,
de qualité et aux bénéfices de la collectivité.
Devenez membre
ACD-divider-2px-gris
facebook-logob
Rejoignez-nous sur facebook
sofeduc-laval
Merci à nos commanditaires OR
bandeau_562x40