Visionnez ce courriel dans votre navigateur
header_800

INFOLETTRE – juin 2020, No. 55

L’infolettre de l’ACDEAULF vous offre un tour d’horizon de l’actualité francophone dans le secteur de la formation continue de niveau universitaire, sur la scène canadienne et internationale. Bonne lecture !
Vous avez reçu l’Infolettre par le biais d’un collègue et souhaitez la recevoir de façon régulière? Veuillez cliquer ci-dessous pour ajouter votre nom à notre liste de distribution.
ACDEAULF-covid-infolettre

COVID-19

Des nouvelles de nos membres

En mai dernier, l’ACDEAULF a lancé un appel à ses membres pour connaître l’état des lieux dans leurs établissements par rapport à la pandémie. Voici quelques éléments tirés des différents témoignages reçus jusqu’à maintenant.

Avec la crise de la COVID-19, les établissements d’enseignement ont été contraints de basculer à distance et doivent maintenant réfléchir aux meilleures pratiques d’enseignement pour la rentrée, que ce soit en classe, virtuellement ou en mode hybride.
bandeau_562x40

ENTREVUE

ACDEAULF-Jean-Paul-Remillieux-infolettre

Multiplier les occasions d’échanges et le partage de connaissances

M. Rémillieux est directeur des services aux instructeurs et technologies d’apprentissage à l’École d’éducation permanente de l’Université McGill et nouveau président de l’ACDEAULF

Arrivé en pleine tourmente, alors que la crise de la COVID-19 battait son plein, Jean-Paul Rémillieux estime que l’union fait la force et entend bien maximiser la puissance du réseau [...] « Nous vivons des réalités professionnelles particulières, mais dans la communauté francophone, nous avons peu d’occasions d’échanger. Dans ce contexte, on bénéficierait de pouvoir discuter avec un collègue de Chicoutimi, par exemple, pour savoir ce qu’il a mis en place chez lui. »
bandeau_562x40

ACTUALITÉS INTERNATIONALES

ACDEAULF-oit-infolettre

Apprentissages en ligne : défis et opportunités

Saviez-vous qu’en Angleterre, l’Education and Skills Funding Agency (ESFA) a pris des mesures pour s’assurer que les élèves, partout où c’est possible, puissent poursuivre leurs apprentissages malgré la pause imposée par la COVID-19 ? Qu’en Syrie, un partenariat avec un organisme d’aide au développement a permis d’intégrer la formation en ligne à des programmes touchant des domaines comme la construction, l’agriculture ou l’industrie manufacturière ?

Voici quelques-unes des solutions qui ont émergé d’une discussion sur le thème « Poursuivre l’apprentissage en ligne continu et le développement des compétences durant la crise du COVID-19 », organisée par le Service des compétences et de l’employabilité de l’Organisation internationale du travail (OIT) .
bandeau_562x40

ACTUALITÉS CANADIENNES

ACDEAULF-CCF-infolettre

En mode solutions

Le Centre des Compétences futures (CCF) a injecté 37M$ dans trente projets au Canada qui permettront de « réduire les écarts des employeurs en matière de compétences et d'aider les travailleuses et travailleurs à acquérir des compétences très demandées en période post pandémique », a annoncé l’organisme début juin.

Ces initiatives permettront d’aider les Canadiens qui devront transiter vers de nouveaux emplois ou industries. « Le CCF mise sur des solutions polyvalentes, novatrices et réactives à l’évolution du marché du travail afin de remédier aux conséquences économiques et sociales désastreuses de la COVID-19. Cette pandémie ainsi que les progrès rapides de la technologie ont bouleversé les emplois et milieux de travail de millions de Canadiennes et de Canadiens », indique le communiqué.

Des projets qui prennent des formes multiples, touchant par exemple l’utilisation de l’intelligence artificielle pour favoriser la relance dans différents milieux économiques, l’intégration des personnes autochtones en emploi ou encore l’implantation de microprogrammes destinés aux travailleurs. Autant d’innovations qui feront bientôt partie d’une communauté de pratique numérique lancée par Magnet, partenaire du CFC. À découvrir !
usb-universite-saint-boniface

Des universités francophones hors Québec s’inquiètent des effets de la crise

L’effet combiné de la pandémie et des compressions budgétaires provinciales suscite des inquiétudes chez certains responsables d’universités francophones hors Québec comme l’Université de Saint-Boniface (USB), au Manitoba, l’Université Sainte-Anne, en Nouvelle-Écosse, ou le Campus Saint-Jean, en Alberta, selon les informations publiées par Radio-Canada le 15 mai dernier.

Programmes d’immersion annulés, importante baisse d’inscriptions d’étudiants étrangers, décrochage des étudiants canadiens, augmentation des coûts pour transformer la formation à distance : voici quelques-unes des conséquences de la crise qui affecteront les finances des établissements, prévoit-on. Et c’est sans compter les compressions budgétaires provinciales, explique aussi l’article. Par exemple, « en une année, l'Université de l'Alberta a perdu 17 % de son budget de fonctionnement, soit 110 millions de dollars », rapporte Radio-Canada.

Une double diminution de revenus qui fait craindre aux responsables la suspension de certains programmes et qui pourrait même constituer une menace « pour la survie de leurs établissements et la vitalité de la langue française en milieu postsecondaire », rapportait le média.

Sources :
Radio-Canada
l-express.ca
bande-texture

ACTUALITÉS QUÉBÉCOISES

iceab

L’ICÉA en mode action

Veille des décisions en lien avec l’éducation aux adultes, publication d’analyses sur la situation, de lettres d’opinions dans les médias et d’un bulletin : pendant la pandémie, l’Institut de coopération pour l’éducation des adultes (ICÉA) a mis en place toute une série d’actions pour surveiller l’effet de la crise actuelle sur ce secteur. Autant d’informations réunies dans une section spéciale disponible sur le site de l’organisme.
Dossier spécial - Éducation des adultes et Covid 19

L’ICÉA entend également effectuer des représentations auprès des autorités en faveur de l’éducation des adultes, alors que la crise en cours secoue tant les institutions et les organisations que les apprenants, explique l’organisme. « Nous chercherons à ce que l’éducation des adultes soit prise en compte dans le débat public et les décisions prises pour assurer la continuité des apprentissages. À cette fin, nous partagerons des considérations et nous ferons valoir des propositions. »

Fin des activités du Pôle universitaire Paul Gérin-Lajoie

C’est la fin pour le Pôle universitaire Paul Gérin-Lajoie (PUPGL) qui, depuis sa création en 2006, avait pour mission de favoriser l’accessibilité et la formation universitaires dans la région des Laurentides pour les adultes en emploi, les entreprises et les organismes de la région. « Confrontés à l’absence de toute perspective de viabilité financière », les administrateurs ont adopté « une résolution prévoyant la dissolution de l’organisme d’ici la fin juin 2020 », indique le communiqué émis à ce sujet.

Depuis sa création, l’organisme joue le rôle de courtier en formation universitaire, grâce à des partenariats avec différents établissements. « Plus de 750 personnes ont suivi des cours d’un programme de premier cycle universitaire alors que 600 ont suivi des cours d’un programme de deuxième cycle et avec son offre de perfectionnement professionnel, les services offerts par le PUPGL auront rejoint plus de 3 000 personnes », rappelle aussi le communiqué.
ACDEAULF-cdeacf-infolettre

La COVID-19 sous l’angle de l’éducation aux adultes

Le Centre de documentation sur l'éducation des adultes et la condition féminine (CDEACF) a lui aussi lancé un bulletin spécial qui met en lumière différentes thématiques en lien avec la pandémie, comme la sécurité des visioconférences, l’environnement ou la situation dans les centres d’éducation aux adultes. L’organisme a également répertorié plusieurs ressources en lien avec différents aspects de la crise touchant entre autres l’éducation aux adultes, mais aussi le télétravail et la formation à distance.

Différentes capsules d’autoformation sont également disponibles. À consulter !
ACDEAULF-unevoc-fadio-infolettre

Le regroupement de formation à distance interordres (FADIO) : une pratique prometteuse selon l’UNESCO

Depuis 2013, les établissements d’enseignement primaire, secondaire, collégial et universitaire des régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine mettent en commun leurs ressources – et leur expertise – en matière de formation à distance. Une pratique reconnue comme prometteuse dans le domaine de l’éducation par UNEVOC, le centre spécialisé de l’UNESCO pour l’enseignement et la formation technique et professionnelle.

Ainsi, le regroupement FADIO permet aux établissements de « collaborer pour identifier les conditions gagnantes en formation à distance et assurer la formation continue des acteurs de l’éducation », indique le communiqué publié à cet effet. Grâce à cette collaboration, il devient donc possible de bénéficier de l’expertise des autres. « Cela a des retombées très positives dans le milieu, puisqu’il permet à chaque établissement d’accéder à des moyens et à des ressources dont il ne disposerait pas sans cette collaboration. »

FADIO devient ainsi la première initiative en Amérique du Nord à être retenue dans ce répertoire qui réunit douze autres pratiques à l’échelle mondiale, rapporte aussi le communiqué. « Cette reconnaissance permet non seulement à FADIO de rayonner auprès des acteurs de la communauté éducative mondiale, mais aussi de créer des liens avec des chercheurs à l’international. Le répertoire de l’UNESCO permettra de découvrir le regroupement FADIO, son fonctionnement, ses objectifs, ses retombées, ses projets d’avenir, ses défis et ses initiatives. »

UNESCO-UNEVOC - Promising and Innovative Practices in TVET
bandeau_562x40
acdeaulf-logo-depuis-plus-50-ans_189
Devenir membre de l’ACDEAULF,
c’est rejoindre un réseau d’universités et d’organisations canadiennes
oeuvrant à la valorisation d’une formation aux adultes en français accessible,
de qualité et aux bénéfices de la collectivité.
Devenez membre
facebook-logob
Rejoignez-nous sur facebook
Merci à notre commanditaire OR
McGill-logo
bandeau_562x40